Portrait de recrue : Matthieu Bassin

20 Août 2019 - Actu Equipe A

En arrivant au CS Beaune pour cette saison 2019-2020, Matthieu Bassin se confronte à une double nouveauté, en termes de club mais également en termes de niveau de jeu. Mais le jeune ailier/centre de 25 ans, 1m78 pour 88 kg, aura des arguments à faire valoir en dans le domaine de la vitesse et de l’explosivité.

CSB : « Tu as des débuts dans le rugby assez atypiques, n’est-ce pas ? »

MB : « C’est vrai que je n’ai pas suivi le chemin dit traditionnel. J’ai commencé à jouer à 12 ans mais en rugby à XIII, au club de Paris Charenton. J’y suis resté 4 ans avant de partir sur le rugby à XV à Vincennes en catégorie cadets. J’ai fait mes années U18 au PUC puis intégré les espoirs du Stade Français pour participer à la préparation physique. Et je suis retourné au PUC où je jouais en Fédérale 2 jusqu’à la saison dernière. »

CSB : « Tout en jouant au rugby à 7 puisque tu fais partie de l’équipe de France Développement ? »

MB : « Ca s’est fait très vite, en deux ans. J’ai commencé le Seven sur des tournois organisés par des associations puis sur des tournois comptant pour le championnat de France. Même si j’étais avant tout un joueur de 15, je m’améliorais dans le jeu à 7. Et puis un jour, j’ai été repéré par Nicolas Leroux, un membre du staff de l’équipe de France. Ma première sélection s’est faîte avec Périgord Seven, où je jouais notamment avec Gabin Villière. On perd en finale des espoirs pro. Je n’ai plus eu de nouvelle pendant un an et en Septembre 2018, alors que je disputais la finale du championnat de France à Béziers, on m’a appelé pour aller faire une épreuve du Seven Europe en Pologne. A partir de là, les sélections se sont enchaînées avec l’équipe de France. J’aurai dû retourner en Pologne cette année si je ne m’étais pas blessé. »

CSB : « Qu’est ce qui t’a motivé à rejoindre le CS Beaune ? »

MB : « La proposition était intéressante. Cela me permettait de franchir un cap dans le rugby à 15 mais aussi dans le 7. C’est au PUC que j’ai eu ma première sélection France 7. J’en ai parlé avec eux et jouer en Fédérale 1 est apparu comme une nécessité pour que je puisse atteindre mes objectifs. C’était compliqué pour moi de partir en sélection et de retourner jouer en Fédérale 2 après, il me fallait toujours 2/3 jours pour me réadapter. Beaune, au vu de son projet de jeu avec beaucoup de mouvement, me convenait et correspondait parfaitement à mon profil. La décision ne fut absolument pas difficile à prendre. »

CSB : « Tu es la seule recrue à venir d’un niveau inférieur à la Fédérale 1. Est-ce un facteur de stress pour toi ? »

MB : « Franchement, je me fiche d’être le seul joueur à venir de Fédérale 2. Je n’ai pas envie de me mettre une pression supplémentaire avec ça sinon, je n’arriverai pas à donner le meilleur de moi-même. Je considère que c’est une chance pour moi de venir ici donc je veux en profiter un maximum même s’il y a vraiment un gros palier entre Fédérale 1 et Fédérale 2. Ca se situe principalement sur la vitesse de jeu et les gabarits. Sans oublier que le jeu est plus précis et que devant, ça tape plus fort. »

CSB : « Quelles qualités penses-tu pouvoir apporter au collectif ? »

MB : « Je pense à la vitesse, l’enchaînement des tâches, le cardio et le jeu. Grâce au rugby à 7, je suis devenu très joueur, très relanceur. Les sélections m’ont permis d’améliorer mes lacunes à chaque fois, notamment en ce qui concerne les passes et la longueur de passe plus particulièrement. C’est ce que je cherche à améliorer en venant à Beaune. Je suis venu ici pour trouver une continuité dans ma progression, tant dans les passes que dans la réactivité. Je veux bien sûr le conserver mais surtout progresser. Au CS Beaune, je pense vraiment pouvoir acquérir une meilleure technique. »

CSB : « Un avis sur les futurs adversaires de la poule ? »

MB : « Honnêtement, vu qu’il s’agit de ma première année en Fédérale 1, ça ne me parle pas beaucoup mais je pense que c’est une poule abordable. Il y a deux équipes qui se détachent du lot à mon avis, Massy et Dijon. Même si on ne sait pas trop comment Massy va se comporter suite à sa descente. En tous cas, j’ai hâte de voir ce que ça va donner. Je suis impatient de pouvoir rejouer (suite à sa luxation de l’épaule NDLR), de découvrir la Fédérale 1 et de voir ce que je suis capable de faire à ce niveau avec cette équipe. »

CSB : « Et en parlant de l’équipe, tu y as facilement trouvé ta place ? »

MB : « Oui, ça se passe bien, je m’entends avec tout le monde. J’avais déjà quelques repères puisque je connais bien Nassim Aanikid et je joue dans la même équipe à 7 que Karim Qadiri. Je pense qu’on a un bon groupe qui s’entend vraiment bien. Je retrouve la même ambiance qu’il y avait au PUC et l’ambiance, c’est très important pour moi. C’est ce qui permet qu’il y ait un bon collectif et que ça se passe bien sur le terrain, qui donne envie de se dépouiller pour ses coéquipiers. C’est ce que j’aime ici. »

CSB : « Pour finir, comment Matthieu Bassin décrirait Matthieu Bassin en trois mots ? »

MB : « Ambitieux, persévérant et déconneur. »

CSB : « Et as-tu une devise ? »

MB : « Plaisir d’offrir, joie de recevoir et Phil Collins. »