C'est l'histoire d'une remontada

03 Avril 2018 - Actu Equipe B

Ah, cette fameuse remontada … Celle que tous les amateurs de sport apprécient pour l’émotion qu’elle provoque et la passion qu’elle suscite. Et bien depuis hier, la remontada est aussi beaunoise, la faute à des Babys B’Boys qui, décidément, aiment jouer avec nos nerfs. Une entame de match des plus défavorables, une première période qui les a vus essayer sans réussir, une mi-temps avec une légère remontée de bretelles et 40 minutes de pur bonheur qui les a vus revenir sur une équipe d’Orsay conquérante puis conquise. On n’était pas loin d’un scénario à la Hitchcock sportif …

Il n’aura pourtant fallu aux visiteurs que 10 minutes pour prendre le match à leur compte et mener 0-10 avec une pénalité et un essai transformé dans la musette. Beaune, acculé, ne peut que défendre et ne sort pas de ses 22. Comme à leur habitude, ils se montrent vaillants mais semblent cadenassés. La punition s’accentue avec un second essai encaissé. A 0-17, les bleus prennent enfin le contrôle de la situation et ce sont eux qui vont camper chez Orsay. Mais ils vont se casser le nez à quelques centimètres de la ligne et les points n’arrivent pas. Pire, sur une incompréhension, c’est Orsay qui en profitent pour enrhumer les beaunois et filer à l’essai pour la 3e fois. 0-20 et on a comme l’impression d’un très vilain déjà vu. Nuits, Ris, Epernay nous reviennent en mémoire. Cela ne peut pas se produire encore une fois ?!!!

Mi-temps et léger coup de gueule du coach Karim Malek. Ses troupes peuvent tellement mieux faire … Il le sait, on le sait, mais eux, le savent-ils ? Les 40 minutes qui vont suivre vont nous prouver que oui. Orsay passe de dominateur à dominé. Dès la reprise, les bleus font circuler la balle d’un côté à l’autre du terrain et c’est Clémence qui concrétisera en se jetant dans l’en-but comme un mort de faim. La transformation d’Ailenei passe et voilà les beaunois à 7-20 : la remontada est en marche ! Ils repartent à l’attaque dès le renvoi. La défense d’Orsay paraît de plus en plus fébrile et les locaux se font un plaisir d’enfoncer le clou. Après deux tentatives manquées, c’est Abdel Malek qui passe les bras dans trou de souris pour aplatir. Transformation réussie : 14-20. On se prend à y croire très fort. Et l’essai transformé de Clémence sept minutes plus tard confirme qu’on a raison d’y croire : 21-20 ! Il reste 20 minutes à tenir et les buteurs rentrent en jeu. L’adrénaline fait commettre des erreurs des deux côtés et la fin de la rencontre est d’un suspens à toute épreuve : 21-23 puis 24-23, 24-26 … Les bleus ne peuvent pas mourir à deux points, ce serait franchement trop cruel. Mais c’est Orsay qui craque et la chance bascule du côté bleu. La pénalité d’Ailenei tape la transversale et … passe : 27-26 puis 30-26. Ils n’ont pas fait tout ça pour rien, elle ne peut pas leur échapper cette bip de victoire !  Les Beaunois jettent dans la bataille toutes les forces qui leur restent pour obliger les parisiens à rester derrière la ligne médiane. Coup de sifflet de l’arbitre, libérés, délivrés, c’est peu de le dire …

Et de voir une équipe se tomber dans les bras après un si dur combat, c’est juste beau. Cela confirme que, malgré les difficultés rencontrées, ce groupe est solidaire, soudé et que la cohésion n’est pas un vain mot. Sur cette rencontre, on ne peut pas citer l’un plus que l’autre tellement tous ont mis la tête dedans. Au final, une victoire qui n’efface ni les ratés ni les déceptions mais qui met du baume au moral et surtout au cœur. Et cela ne pouvait faire que du bien avant de recevoir le Creusot ce dimanche.

 

Les galeries photos associées