Aller plus haut ...

11 Juin 2018 - Actu Equipe A

Nous sommes mi-août, début septembre. Les Beaunois, anciens comme nouveaux, ont repris l’entraînement depuis quelques semaines et affichent leurs ambitions de jouer la qualif. Mais, autour, « Arf, ils ne feront rien Beaune cette année, ils n’ont plus aucun joueur et pis, y a même plus de vrais beaunois ».

Nous sommes mi-septembre. Après un premier succès plus que probant à Antony, les bleus chutent à Nuits. Et autour « Tu vois, je te l’avais bien dit, z’ont pas de mental ces beaunois ».

Nous sommes mi-Décembre. Après avoir enchaîné les victoires, marqué un nombre incalculable d’essais, le CSB échoue au Creusot. Et autour « Pfffff, c’est comme d’habitude, infoutus de gagner un derby ces beaunois ».

Nous sommes début Avril. Les bleus sont désormais invaincus depuis 11 rencontres. L’objectif est atteint : ils terminent 1ers de poule et qualifiés pour les phases finales, peut-être synonyme de montée. Et autour « Ouais, bon OK c’est pas mal mais bon, faut voir le niveau de la poule, y a pas de quoi pavoiser. Parce-qu’on va voir de quoi ils sont capables contre de grosses écuries ».

Nous sommes le 27 Mai. Le CS Beaune est en fédérale 1 après 4 matches impeccables. Et autour « Bon OK, ils sont pas si mauvais que ça quand même ».

Nous sommes le 10 Juin. Le CS Beaune est en demi-finale du championnat de France. Et autour …. Et bien autour, je n’écoute plus. Parce que ce que j’ai essayé de vous résumer avec un poil d’humour et un grain de mauvaise foi (ou l’inverse comme vous préférez), ne reflète qu’une minorité qui, au lieu d’enfoncer nos guerriers et leur grand manitou, n’a fait que les souder encore plus. Au contraire de moi, ils n’ont écouté qu’eux et ils ont eu bien raison ! Et sans cela, il n’y aurait pas eu ce formidable élan populaire, d’abord au départ de Beaune grâce à deux supers mamans de joueurs de notre EDR puis sur le terrain de Brétigny-sur-Orge où de nombreuses voix d’une tribune entièrement dédiée aux bleus et blanc se sont trouvées bien cassées ce matin.

Parce-que de la voix, il a fallu en donner et pas qu’un peu. Comme annoncé, Rennes fut un redoutable adversaire qui pas un instant n’a renoncé à jouer, à insister, à perforer. Mais, bien que malmené, Beaune n’a pas cédé. Menés de 4 points à la mi-temps puis de 7, ils ont dû combattre durement, très durement pour revenir. Mais ils l’ont fait, par un essai d’abord puis avec une pénalité qui leur a permis de passer devant 26-23. Et ce ballon s’élevant entre les perches a dénoué bon nombre d’estomacs serrés. On aurait aimé que la fin du match soit sifflée là de suite maintenant. Mais que nenni ! Il a fallu défendre la ligne encore et encore et encore …. Les bleus, cuits, épuisés, tombaient mais se relevaient. Et là …. Là …. Et bien là …. Le CS Beaune est en demi-finale du championnat de France … Rien que de le dire, ça fait quelque chose.

Et pourquoi y sont-ils ? Parce-que, comme à leur habitude, ils ont joué ensemble, les uns pour les autres. Parce-qu’ils n’ont jamais abandonné. Parce-que cette aventure n’appartient qu’à eux (bon d’accord, un peu à nous aussi). Et parce-que, tout simplement, une équipe, c’est cela, ni plus ni moins.

Ces moments-là sont juste magiques. Personnellement, je n’ai pas souvenir d’avoir vécu ça, en tous cas pas aussi fort. A tel point qu’en rentrant hier soir, je me suis prise à me demander « Mais, il ressemble à quoi ce bout de bois en vrai ? ». Peut-être ne le saurai-je pas. Parce-que, ce dimanche 17 Juin, Bédarrides se mettra sur la route de nos bleus. Bédarrides, tombeur de l’ultra favori Nice. Le rugby du sud, le rugby rugueux. Mais cette équipe, notre équipe, et bien, elle donnera tout et bien plus encore, c’est déjà une certitude.

Et rien que pour eux, pour leur esprit, leur solidarité, leur joie de vivre, et bien, j’aimerai que ça passe.

NB : Un immense merci aux personnes du Rugby Club Sportif de Brétigny pour leur accueil, leur gentillesse et leurs encouragements. C’est quand même beau le rugby, d’où qu’on vienne.